Lire les montagnes : rencontre-discussion avec les revues Nunatak, l’Éffeuillé et le Postillon

Mardi 6 décembre de 18h30 à 20h30 à la Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère (salle Robert Beck), 5 pl Bir Hakeim, Grenoble

Cette année, la revue Nunatak est invitée à la MNEI en compagnie des revues l’Éffeuillé – les dessous du Royans et Le Postillon notamment pour ses suppléments « montagne ».

Les revues présenteront leurs écrits, leur fonctionnement, leur histoire et leur actualité.

La présentation sera suivie d’une discussion autour de l’écriture et de la circulation des récits qui questionnent les différents usages de la montagne.

En partenariat avec CIPRA France (Commission internationale pour la protection des Alpes), la MNEI participe au festival littéraire « Lire les montagnes » programmé tous les ans aux alentours du 11 décembre, à l’occasion de la Journée internationale de la montagne.
Publié dans General | Commentaires fermés sur Lire les montagnes : rencontre-discussion avec les revues Nunatak, l’Éffeuillé et le Postillon

Présentation et lectures de la revue NUNATAK n°7 au café librairie Michèle FIRK 9 rue François Debergue 93100 Montreuil (métro: Croix de Chavaux)

Jeudi 10 novembre, 19h

La revue Nunatak se veut un support pour développer et partager nos critiques, depuis les régions montagneuses que nous habitons. Nous désirons aussi chercher des moyens de concrétiser notre opposition au monde tel qu il se présente à nous, dévier du sentier balisé des flux de la marchandise et de l’autorité, nous attaquer à ce qui nous sépare les uns des autres, nous plonger dans les histoires que racontent les ruisseaux, les êtres, les arbres ou les rochers…

Après moultes reports pour cause de conditions défavorables à une telle ascension, Michèle Firk accueille enfin et avec joie la fameuse revue des hauteurs, pour un moment de lectures et de discussion autour de la touristification des sommets, entre industrie de masse et challenges pour milliardaires, du « travail détaché », forme moderne de l’exploitation du sous-prolétariat ouvrier agricole international, martialement promu pendant le confinement, ou encore de l’arrivée de téléphérique dans un village des Alpes autrichiennes avant guerre.

 

Publié dans General | Commentaires fermés sur Présentation et lectures de la revue NUNATAK n°7 au café librairie Michèle FIRK 9 rue François Debergue 93100 Montreuil (métro: Croix de Chavaux)

Présentation au centre de création artistique ARToPIE de Meisenthal (57)

 

PRÉSENTATION/DISCUSSION AUTOUR DE NUNATAK

REVUE D’HISTOIRES, CULTURES ET LUTTES DES MONTAGNES

AU CENTRE DE CREATION ARTISTIQUE ARToPIE MEISENTHAL (57)

Cette revue se veut un support pour développer et partager nos
critiques, du point de vue des régions montagneuses que nous
habitons. Mais nous désirons aussi chercher des moyens de
concrétiser ce que nous pensons pour pouvoir nous opposer au monde
tel qu’il se présente à nous : développer et intensifier des liens,
confronter des réalités et lutter contre le rapport de consommation
aux espaces que nous essayons d’habiter. Essayer, sans nous faire
d’illusions, d’expérimenter ici et maintenant sur la base de notre
refus ce vers quoi nous voulons aller ; dévier du sentier balisé des
flux de la marchandise et de l’autorité, nous attaquer à ce qui nous
sépare les uns des autres, nous plonger dans les histoires que
racontent les ruisseaux, les êtres, les arbres ou les rochers…

LUNDI 31 OCTOBRE À ARToPIE,  6,RUE DE LA POSTE 57960 MEISENTHAL
19h REPAS PARTAGE (apportez de quoi partager votre repas!)
20h PRÉSENTATION/DISCUSSION avec des membres de la revue

Nous aurons l’occasion d’y discuter d’histoires de plantes,
d’histoires de paysans et d’histoires d’autonomie en évoquant les
derniers numéros et en échangeant autour des problématiques locales
qui pourront apparaître lors de la discussion.

_plus d’info: https://revuenunatak.noblogs.org/

 http://www.artopie-meisenthal.org

_contact: revuenunatak@riseup.net_

Publié dans General | Commentaires fermés sur Présentation au centre de création artistique ARToPIE de Meisenthal (57)

Tournée de présentation Novembre 2022

Nunatak part quelques jours en tournée entre Suisse et Jura du 2 au 5 novembre !
– au CIRA de Lausanne le mercredi  2 novembre à 19h
– au CLAJ la batailleuse (Rochejean-Doubs) le vendredi 4 novembre à 20h
– à la cartonnerie (Mesnay-Jura) le samedi 5 novembre
Au plaisir de vous y voir !
L’équipe de Nunatak.
Publié dans General | Commentaires fermés sur Tournée de présentation Novembre 2022

Présentation au relais de l’Espinas (48) dimanche 3 juillet à 16h30

La revue Nunatak viendra ce dimanche causer tourisme et activités de pleine nature lors de la « journée de la gratuité » organisée par l’excellent Relais de l’Espinas de Saint-Andéol-de-Clerguemort.

À dimanche !

Publié dans General | Commentaires fermés sur Présentation au relais de l’Espinas (48) dimanche 3 juillet à 16h30

Présentation à Arudy (64), on réessaie le 3 juin !

Publié dans General | Commentaires fermés sur Présentation à Arudy (64), on réessaie le 3 juin !

Rencontre à la librairie Alterlivres à Sauve (30) le samedi 21 mai

Publié dans General | Commentaires fermés sur Rencontre à la librairie Alterlivres à Sauve (30) le samedi 21 mai

Présentations et rencontres dans le Livradois-Forez les 6 et 7 mai 2022

Le vendredi 6 mai à la salle des fêtes de Saint-Amand-Roche-Savine (63)

À partir de 19h : Présentation de la revue Nunatak et de l’association Recrue d’essence. Face aux plantations massives de résineux sur le territoire du Livradois-Forez et à la gestion extractiviste de la ressource bois, les membres de Recrue d’essences s’organisent collectivement pour l’acquisition et la gestion de parcelles forestières basée sur une approche alternative de la sylviculture, via des peuplements irréguliers et des interventions humaines douces.

À 21h : Projection de Forêts françaises en quête d’avenir, documentaire de Camille Geoffray.
Alors que l’exploitation des forêts est aujourd’hui confrontée à une contestation croissante au sein de l’opinion publique, deux journalistes, Alice Mariette, spécialiste des questions économiques et Grégoire Souchay, qui travaille sur les problématiques environnementales, décident d’aller à la rencontre de celles et ceux qui animent la filière forêt-bois française. Au fil des déplacements et des rencontres sur le terrain, ils découvrent une filière secouée par une crise idéologique sur fond de changements climatiques. Ils échangent avec forestiers, économistes, chefs d’entreprise; et tentent, avec leurs approches complémentaires, de comprendre les enjeux de cette crise ainsi que les solutions proposées par les différents acteurs de la filière. Comment la France prépare aujourd’hui sa forêt, ses forêts, à un avenir incertain ?

Soirée entrée libre, auberge espagnole ramène ton glou et ton miam !

Le samedi 7 mai à L’Élégante, 7 rue de Goye à Ambert (63)

A partir de 18h : Présentation de la revue Nunatak ainsi que des collectifs en lutte contre les éoliennes industrielles du col de la Loge et de Gumières.
Historique des projets et des luttes, actualités, topo sur la production, le transport, l’utilisation de l’électricité, la production d’hydrogène. Réflexions sur le rapport entre énergies et pouvoir, et le mythe de la décentralisation de l’électricité par les éoliennes. Échanges sur les luttes contre l’industrialisation des montagnes et de l’avenir.

Soirée à entrée libre, auberge espagnole et bar ouvert au profit du collectif de l’Elégante.

Au plaisir de vous y voir !

Publié dans General | Commentaires fermés sur Présentations et rencontres dans le Livradois-Forez les 6 et 7 mai 2022

Présentation à Arudy (64) vendredi 1er avril à 19h30

Enfin une présentation de Nunatak !

À l’occasion de son week-end de rédaction en Béarn, l’équipe de la revue propose une présentation publique ce vendredi 1er avril, dans la géniale librairie La Curieuse d’Arudy (64)

Venez donc discuter avec nous à partir de 19h30

Publié dans General | Commentaires fermés sur Présentation à Arudy (64) vendredi 1er avril à 19h30

Parution de Nunatak n°7 (octobre 2021)

Le numéro 7 de Nunatak, revue d’histoires, cultures et luttes des montagnes, vient de paraître !
La revue est disponible en version papier dans nos lieux de diffusion ainsi que sur notre blog en version numérique librement téléchargeable.

Si vous souhaitez vous faire envoyer des exemplaires, vous pouvez nous contacter (revuenunatak-diffusion(at)riseup.net) en précisant le nombre ainsi que l’adresse de réception.
Il est aussi possible de s’inscrire dans notre carnet d’adresses et de recevoir les prochains numéros dès leur parution. Il suffit de nous le préciser lors de votre commande.

Remarque : Si vous vous étiez déjà manifesté pour être inscrit dans notre carnet d’adresses, pas la peine de répondre à ce mail, vous allez le recevoir sous peu !

L’équipe de Nunatak serait ravie d’être invitée à venir présenter ce nouveau numéro lors de soirées, voire de tournée de présentation dans vos régions ! N’hésitez surtout pas à proposer des dates et des lieux par chez vous ! Vous pouvez envoyer vos propositions à l’adresse email suivante : revuenunatak(at)riseup.net

Pour nous aider dans la diffusion, nous envoyer des propositions de textes, d’illustrations, des commentaires ou des critiques, c’est aussi ici :

revuenunatak(at)riseup.net

Bonne lecture !


Édito

Nous souhaitons faire de Nunatak, revue d’histoires, cultures, et luttes des montagnes un support à la diffusion d’idées émancipatrices et un outil pour provoquer discussions, débats et échanges dans des endroits où l’on ne nous attend pas forcément. Le tout avec ce qui nous anime réellement : porter un regard décalé sur les choses sans a priori idéologique ni formules politiques à vendre.

La situation actuelle complique l’émergence de ces espaces de rencontre. Comme partout la covid a eu un impact sur l’équipe de Nunatak. Les présentations et les rencontres autour de la revue se sont raréfiées et nous avons été ralentis dans la publication. Tout ceci a forcément une conséquence sur notre volonté de susciter la discussion autour des textes qui sont proposés pour en faire émerger des réflexions approfondies et collectives. Finalement, ces 64 pages ne représentent que la moitié de la revue !

Cela étant dit, la publication du numéro 7 nous ragaillardit car elle nous aura quand même permis à travers les discussions et les week-ends de rédaction de nommer ce qui ne nous plaisait pas dans le bordel actuel. Dans la suite de cet édito, nous nous proposons de partager quelques-unes de ces réflexions.

Il y a fort à dire sur la gestion gouvernementale de cette crise sanitaire. Le caractère répressif des confinements nous réduit de manière autoritaire à quelque chose qu’on menace puis qu’on rassure, qu’on confine puis qu’on déconfine, au rythme de décisions qui se soustraient à la critique, tout en donnant de nouveaux pouvoirs à l’État. Des décisions absurdes sur le plan sanitaire sont prises à répétition, jonglant entre danger du virus, sauvegarde de l’économie et maintien de la paix sociale.

Le fait de devoir réduire ses libertés a été vécu comme une contrainte, d’autant plus que les confinements ou le pass sanitaire sont présentés par les pouvoirs publics comme des « actes de solidarité au profit des populations les plus fragiles », ainsi séparées du reste de la population valide. L’opposition entre les jeunes et les plus vieux s’est vue renforcée, tout en creusant encore le fossé entre riches et pauvres.

Partant de ce constat, et puisque Nunatak se veut être une revue s’inscrivant dans le vaste champ de la critique sociale, on pourrait imaginer que tout mouvement s’opposant aux autorités pour réclamer plus de liberté attirerait notre soutien, ou tout du moins notre regard bienveillant. Mais ce n’est pas le cas.

Les mouvements de « résistance » aux mesures imposées par l’État pour faire face à la pandémie conjuguent à la fois le sentiment d’injustice provoqué par des mesures de privation de liberté individuelle, une nostalgie du « monde d’avant » où tous les commerces étaient ouverts, et la relativisation voire le déni de cette pandémie. Pour nous, refuser de prendre en considération les conséquences d’une circulation exponentielle du virus revient à ignorer les morts, les hôpitaux surchargés, ou encore les conditions de travail dégradées pour les travailleurs et les travailleuses.

Ces velléités de « résistance » nous semblent compatibles d’une part avec l’évolution néolibérale du capitalisme (laisser mourir ou isoler les plus faibles pour ne pas impacter le cours de l’économie), d’autre part avec une certaine tendance dans les discours de critique sociale à survaloriser des formes d’émancipation individuelles au détriment de la perspective d’un monde commun. L’aspect subversif de ces mouvements ne dissimule pour nous qu’une expression crue du chacun-pour-sa-gueule ambiant, qui ne date d’ailleurs pas d’hier.

Si nous ne proposons aucune marche à suivre pour renverser ce monde d’inégalités et de souffrance, nous trouvons préoccupante la mise en avant de solutions individuelles – pour ne pas dire individualistes – qui permettraient d’échapper, pour soi ou pour son groupe restreint, aux contraintes qui pèsent sur toutes et tous1. Finalement, ce contexte peut amener à voir d’un bon œil les théories les plus farfelues, à partir du moment où elles valident la légitimité d’un je-m’en-foutisme hédoniste ; il nous paraît plus que problématique que pullulent les thèses complotistes surtout quand certains et certaines s’organisent autour de ces idéologies. Celles-ci s’appuient sur la mise en avant d’explications simplistes pour comprendre une réalité sanitaire complexe, incriminant par exemple une élite conspirant contre l’immense majorité de la population dans ses propres intérêts. Ce discours, en plus d’être un terrain fertile aux idées d’extrême droite, alimente la croyance en un pouvoir occulte et caché contre lequel seuls des initiés – ayant accès au savoir ou à l’information – pourraient résister. Il serait toutefois présomptueux de le réduire à de simples théories loufoques ou irrationnelles : le complotisme est une idéologie politique moderne dans laquelle l’ennemi n’est pas tant le capitalisme ou le pouvoir mais « ceux qui le manipulent dans les coulisses2 ». Comme si nous n’avions pas à nous battre contre les rapports sociaux qui gouvernent le monde – et nos existences – mais uniquement contre les mauvaises intentions des « élites ». Comme si l’exploitation et la domination n’étaient pas le résultat de rapports de force complexes qui ordonnent les relations sociales mais étaient dues à un plan intentionnel que seule une révélation – dans le sens religieux du terme – pourrait faire échouer.

Critiquer cette manière d’appréhender les choses s’avère souvent contre-productif, confortant au passage un sentiment de supériorité éclairée ! Il y a alors pour nous un réel enjeu à proposer une compréhension critique de ce monde, qui ne nie pas sa complexité. La question est alors « comment aujourd’hui renouer avec des perspectives d’émancipation collective ? » En somme, bouleverser les rapports de classes…

Si cet édito paraît quelque peu délaisser les sommets, soulignons tout de même que les spécificités géographiques des régions que nous habitons n’ont offert aucun particularisme montagnard notable à la lueur de cette crise (tant dans la gestion de celle-ci, que dans les théories confuses qui s’y baladent). Ce qui nous incite à répéter cette formule de l’édito du numéro 0 : il y a longtemps que les oasis ont été absorbées par le désert.

1 Comme cela a pu être formulé dans l’édito du numéro 5 de la revue.
2 Qu’ils dénoncent les juifs ou les pédosatanistes, le grand remplacement ou le lobby gay, des mouvements politiques de tout bord se saisissent de ces figures-épouvantails pour faire valoir leurs thèses.
Publié dans General | Commentaires fermés sur Parution de Nunatak n°7 (octobre 2021)